The real Slim Shady

‘Cause I’m Slim Shady, yes I’m the real Shady

All you others Slim Shadies are just imitating…

Cela fait longtemps que je souhaitais écrire sur Slim Shady. Grâce à ce personnage, le jeune Marshall Mathers a, consciemment ou non, incarné la version la plus exacerbée du Trickster moderne.

Plus qu’une influence, Slim Shady représente un archétype. Son influence sur moi, enfant, est indéniable. Et l’influence de mon enfance sur mon processus créatif l’est tout autant. Aussi, cet article est avant tout un hommage à celui qui, il y a presque 20 ans, a choisi d’endosser le rôle dont personne ne voulait.

Qui est vraiment Slim Shady ?

Marshall Bruce Mathers III

Avant toute chose, comprenons bien à qui nous avons affaire. Car si on distingue facilement Hugh Jackman de Wolverine ou Ralph Fiennes de Voldemort, ne confondons pas Marshall et Slim Shady !

Au départ, on a un jeune homme, Marshall Bruce Mathers III. White trash, enfance pas très joyeuse, je vous passe les détails. Après s’être fait une place dans le milieu du rap underground, il opte pour le pseudo Eminem.

Eminem

Là, déjà, on assiste à un première construction : car toute personne qui se renomme crée de ce fait une nouvelle identité. Et si proche soit-elle de l’identité première du créateur, elle ne pourra pas être tout à fait identique. Conception un peu schizophrénique, je vous l’accorde. Mais ce n’est rien comparé à ce qui va suivre !

Slim Shady

eminem slim shady trickster archétype analyse musicaleCar Eminem décide lui aussi de créer la vie et invente le personnage de Slim Shady. Celui-

ci est pour le coup bien plus éloigné de son créateur. Il possède sa propre apparence (cheveux blond platine, uniforme t-shirt blanc et jeans baggy), son propre caractère (irrespectueux, solitaire, fou, menteur, vaniteux, etc) et

ses propres chansons : il se présente en effet dans le morceau « My name is » et continuera d’apparaître petit à petit, au long de la carrière d’Eminem.

Une pratique héritée du rock ?

Je vous l’écrivais plus haut : on est ici dans une vision assez schizophrénique d’un artiste. Cela peut perturber l’idée classique que l’on se fait d’un chanteur. Et pourtant, Eminem n’est pas le premier à travailler de cette manière ! On n’est en effet pas bien loin de ce que David Bowie a accompli durant sa jeunesse. Les multiples personnages proposés par celui-ci avaient chacun un look et une personnalité bien définie. L’un après l’autre, ils passaient par un cycle découverte-succès-gloire-chute qui permettait à Bowie de passer d’un protagoniste au suivant.

david bowie characters tricksters festivalwear fashion music icon slim shady creation creative mind personnage rock musique

Slim Shady, un Trickster ?

Pour comprendre ce qui nous intéresse chez Slim Shady, il faut le mettre en relation avec ce qu’est un Trickster.

Il incarne en fait les défauts de la société, tout ce qu’elle voudrait éradiquer, ses déchets. (…) Le Trickster est un paria, un être unique pointé du doigt pour ses vices et sa misère.

Eminem, à travers son avatar, va prendre ce rôle. Insultant, dégoûtant, il ne cherche pas à être aimé. Au contraire : il se délecte de voir son audience offusquée!

Mais le Trickster, lui, ne prête guère attention aux critiques : il est libre, il suit son propre chemin.

C’est en effet ce qu’on observe dans son comportement : à chaque scandale qu’il provoque, Slim s’en lave les mains. Et rien de cela ne l’empêchera de recommencer à proférer des grossièretés lors d’une prochaine chanson.

Il se délecte de braver les interdits et s’amuse des règles en vigueur.

Ainsi, il sera au coeur de nombreuses polémiques (et quelques procès), ayant manqué de respect à beaucoup de personnes et communautés. Il est ainsi connu pour avoir à plusieurs reprises tenu des propos homophobes. Sans légitimer ces propos, on peut cependant se demander s’il doivent être attribués à l’homme lui-même ou à sa création. Sir Elton John par exemple, l’un des premiers concernés, est assez clair sur le sujet : pour lui, c’est Slim Shady qui parle.

Celui qu’on aime haïr

Mais la caractéristique la plus prégnante du Trickster n’est pas intrinsèque. Elle vient en effet du fait de sa nécessité à la société à laquelle il appartient : autant celle-ci le méprise, autant elle en a besoin pour rester en équilibre. Car sans lui, il n’y a plus d’opposition, plus d’ennemi commun.

Ce caractère indispensable, Marshall l’a bien compris. En 2002, il sort le morceau « Without Me », sous l’apparence de Slim Shady, où il explique de manière on ne peut plus claire que cet être considéré abject manque en réalité à toute la société américaine, et ailleurs. Quelques extraits des paroles qui se passent de commentaire, tant sa compréhension de la situation est limpide!

Eminem, “Without Me”, 2002 – lyrics

 

I’ve created a monster
J’ai créé un monstre
Cuz nobody wants to see Marshall
Car personne ne veut plus voir Marshall
No more they want Shady
Ils veulent Shady
I’m chopped liver
Je ne suis plus rien

 

So the FCC won’t let me be or let me be me so let me see
Alors la FCC ne me laissera pas ou ne me laissera pas être moi alors laisse-moi voir
They tried to shut me down on MTV but it feels so empty without me
Ils ont essayé de m’interdire sur MTV mais sans moi ça semble si vide

 

The center of attention back for the winter
Le centre de l’attention de retour pour l’hiver
I’m interesting, the best thing since wrestling
Je suis intéressant, la meilleure chose après le catch
Infesting in your kids ears and nesting
Infestant les oreilles de tes enfants pour y nicher

 

But sometimes the shit just seems
Mais parfois la merde fait juste semblant que
Everybody only wants to discuss me
Tout le monde veut seulement débattre de moi
So this must mean I’m disgusting
Donc ça veut certainement dire que je suis dégoûtant
But it’s just me I’m just obscene
Mais ce n’est que moi je suis juste obscène

Au-delà du clown, une critique de la société

Slim Shady incarne tout l’inverse du bon citoyen, du bon père de famille. Il est vulgaire, insultant, sans éducation et sans autre objectif que de foutre le bordel. Et c’est vraiment ça qui le définit en tant que Trickster. Il n’est en fait que le reflet inversé de la société américaine dans laquelle il évolue. Caricature de toutes les bassesses de son peuple, Slim Shady est en réalité un outil créé par Eminem pour susciter la réaction de ses pairs sur des sujets parfois très « touchy ».

En créant la polémique, il révèle des conflits cachés, des controverses latentes, et provoque des conversations qui, sans lui, n’auraient peut-être jamais eu lieu.

Un clip qui en dit long

Et il va encore plus loin dans sa critique sociétale en proposant certaines oeuvres méta. Son clip de « Without Me », qui est définitivement le morceau le plus « trickster » de l’artiste, met en scène un enfant souhaitant acheter le nouvel album censuré (“parental advisory”) d’Eminem ; acte qui sera heureusement contrecarré par le super-héros Slim Shady qui parviendra à la fin du clip à récupérer le CD juste à temps pour empêcher le jeune d’écouter les obscénités du chanteur.

Au-delà de la nostalgie d’une musique, celle d’une époque

eminem slim shady trickster archétype analyse musicale britney spears parodyCe n’est que très récemment que j’ai pris conscience de l’importance fondamentale de Slim Shady dans son époque. En entendant ses morceaux aujourd’hui, le premier sentiment qui m’envahit est la nostalgie, qu’on ressent tout autant avec un No Doubt ou un Green Day. Mais quand on creuse un peu, on réalise à quel point les clips de Slim Shady parlent du monde dans lequel ils évoluent et son un véritable témoignage du début du millénaire. On les qualifierait presque de sources historiques tant ils sont emplis de références et messages ancrés dans une époque.

Grandeur et décadence d’une icône

Eminem a finalement choisi de mettre Slim Shady de côté. Probablement fatigué d’incarner ce rôle qui demande beaucoup d’énergie puisqu’il est sans cesse dans l’opposition, mais aussi simple envie artistique de passer à autre chose. S’il ressortait aujourd’hui, il aurait sûrement encore beaucoup de choses à dire, mais risquerait aussi d’être totalement anachronique. Peut-être serait-il plus judicieux d’attendre l’avènement d’un nouveau Trickster ?

Une chose, en tout cas, est indéniable : Slim Shady aura marqué son temps et aura été marqué par celui-ci. Quant à l’esprit du Trickster, on raconte qu’il rôde encore, à la recherche d’un successeur… et qui sait, peut-être l’a-t-il déjà trouvé ?

EnregistrerEnregistrer

Leave your comment